Zathar

L’histoire passionnante du zathar.

Le zathar (ou zaatar) est un mélange d’épices qui vient de Byblos au Liban, une des plus anciennes villes du monde, qui fut fondée en 5 000 av. J.-C. Au IIIème millénaire av. J.-C., la ville portuaire entretenait avec l’Égypte un commerce florissant de bois de cèdre nécessaire aux constructions navales égyptiennes, de résine pour les momifications, de vins et de papyrus.

La cité Phénicienne fut un carrefour économique, politique et culturel incontournable. À l’arrivée d’Alexandre Le Grand, elle perdit son nom sémitique « Gebal » pour prendre le nom de «Byblos » du grec « biblion » qui signifie mère de l’écriture, à cause du papyrus exporté à partir de Byblos. La ville donnera son nom à la Bible.

Cette région est le berceau des trois grandes religions monothéistes et un des carrefours essentiels de l’humanité. Au-delà du conflit religieux et territorial tragique qui les séparent, les liens de parenté entre juifs et musulmans sont plus nombreux qu’on ne peut le croire. La langue – certains mots sont quasiment jumeaux – la nourriture, les fallafels, le zathar, le houmous, le sumac, l’esprit de coopération, la nonchalance volcanique, les chauffeurs de taxis loquaces…

Le mélange d’épices zathar

Le zathar est un mélange d’épices très prisé au Liban mais également en Syrie et sur toute la côte est de la Méditerranée. Il se compose de 3 parfums typiques du Moyen-Orient, le sésame, le thym et le sumac et s’utilise traditionnellement en mezzé avec du pain trempé d’abord dans l’huile d’olive puis dans le zathar. Ultra simple et tellement bon à l’apéro.
Sa saveur acidulée, aromatique et légèrement salée s’utilise également pour parfumer les viandes blanches et les volailles, pendant la cuisson et pourquoi pas en marinade. Sa chaleur citronnée relève délicieusement les poissons. À table ou en cuisine, la promesse d’un joli moment.
♦ Boite métal de 70 g : 5.80 €